Accueil du site > Actualités > « Vivre l’interculturel pour construire la solidarité »

Actualités

       « Vivre l'interculturel pour construire la solidarité »

26 Junioristes * et leurs 24 responsables de formation ou de communauté réunies à Orsay pour une session de deux jours.
Elles représentaient 12 nationalités, et 16 congrégations.


Un lieu de rencontre, de formation, de relecture, de débat.

« Vivre l’interculturel pour construire la solidarité »
tel était le thème de ce week-end animé principalement par

Sœur Marie-Laure DÉNÈS

« Se mettre dans les chaussures de l’autre », comprendre ce qui se passe en moi, ce qui se passe en l’autre ; accepter que ce qui est bon pour l’une ne l’est pas forcément pour l’autre, mais il y a toujours quelque chose d’unique à recevoir.

Une autre dynamique : par groupe « national » identifier les richesses et les pauvretés de son propre pays et de chacun des pays représentés.

Reconnaître la différence pour que celle-ci ne soit plus ressentie comme menace mais promesse d’enrichissement mutuel.

J’ai aimé ces travaux de groupes permettant l’échange, un échange plus facile de nos expériences diverses, un partage des Actes du Chapitre Général de nos Instituts sur la dimension interculturelle.


Je me suis bien retrouvée dans la réflexion sur le « choc interculturel » avec ses différentes phases :

* La lune de miel : « tout nouveau, tout est beau »

* La crise liée à la difficulté de communiquer, de se comprendre ; barrière de la langue, sentiment d’exil, perte des repères et des codes.

* La récupération : l’ouverture à la nouvelle culture, la confiance en soi retrouvée ; la foi en Dieu, la confiance dans les personnes de la communauté, de la Congrégation m’aident à vivre les différences culturelles qui peuvent être pour moi des richesses.

* L’adaptation, le plaisir nouveau à entrer dans la culture de l’autre pour une meilleure rencontre, une connaissance réciproque.

J’ai aimé aussi le regard sur Jésus dedans et dehors, aux frontières ; Jésus, « envoyé aux brebis perdues de la maison d’Israël » puis accomplissant son ministère près des étrangers, des Samaritains, des païens. Il nous ouvre à l’universalité, il nous apprend à vivre la rencontre, la relation dans la diversité : « chacune entend dans sa langue » selon le récit de la Pentecôte.


Un bon week-end très riche,
convivial, international, intergénérationnel ! »

Srs Abeline Rasoasandrasana, Marie-Cécile Jouvence, sscj
Février 2017

* Junioristes : jeunes religieuses n’ayant pas prononcé leurs voeux définitifs



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0