Accueil du site > 9. Archives > Vivre BIEN ... jusqu’au bout !

       Vivre BIEN ... jusqu'au bout !

Sœur Constance qui a fêté ses 99 ans le 29 mars dernier, nous partage un peu de sa vie.

« J’ai pensé assez tôt à me faire religieuse, vers 15-16 ans. J’étais espiègle, j’aimais rire. Ma maîtresse en classe de certificat était sévère, mais elle m’a fait beaucoup de bien. Elle m’a encouragée à continuer mes études, ce qui m’a permis d’être pendant 3 ans, monitrice avec 2 ’demoiselles’ à Louvigné-de-Bais. C’est là que j’ai rencontré pour la première fois, les sœurs de Sainte Marie, car lorsque les ’demoiselles’ étaient malades, c’était une sœur de la clinique de la Guerche, Sr Marie Auxiliatrice, qui venait les soigner. Le vicaire voulait m’envoyer à Kermaria car il comptait avoir des sœurs de là-bas ; mais moi, je n’avais pas trop d’attrait pour l’enseignement, je préférais les malades. C’est à 19 ans, en 1932, que je suis partie à Gacé (Orne). Ma Mère du Noviciat, Mère Marcelline était très bonne.

Après mes premiers vœux, j’ai été envoyée à la Guerche où je suis restée 34 ans : 15 ans à la clinique et 14 ans à domicile, par tous les temps. En 1945, j’ai eu mon autorisation d’exercer comme infirmière. J’aimais être près des malades, les accompagner au moment de la mort pour qu’ils reçoivent les derniers sacrements et se réconcilier avec Dieu. Tous ceux que j’ai accompagnés ont accepté le prêtre. J’ai bien aimé ma profession d’infirmière, de garde-malade partout où je l’ai exercée, après la Guerche, ce fut Messac, Gacé à la communauté Sainte Anne, et Le Sap.

Au moment de la retraite, j’ai assuré les services communautaires à Janzé, à Messac et je suis rentrée à Gacé, puis ici (Saint Jacut-les-Pins) où je m’active un peu, je prie beaucoup, je mets le couvert chez les sœurs aînées, j’essuie la petite vaisselle, je plie de la " dentelle " (chiffons de ménage) ...
Partout, j’étais bien, heureuse en communauté et dans mon service. Ce que j’ai fait pour telle ou telle sœur, je l’ai fait pour le Bon Dieu.

Des ennuis de santé, des souffrances ? Oui, j’en ai eu mais je n’étais pas habituée à me plaindre !

Le secret de ma longue vie ? Je n’y suis pour rien. Y’a qu’un " patron " !
Je lui dis : " C’est comme tu veux, quand tu voudras ". Tous les jours, je dis souvent au Seigneur : " Que ta volonté soit faite ! " Le soir, fatiguée, en me couchant, je me prépare : " Si je meurs dans la nuit, Seigneur que ta volonté soit faite ! " Je suis dans tes mains.
Et puis, la Sainte Vierge, elle doit faire pour moi, y’a tellement de temps qu’on se connaît ! Je suis restée très attachée à la Vierge Marie. C’est de la famille. C’est une dévotion qui m’est restée depuis ma plus tendre enfance. Et le 17 juin 1937, j’ai assisté au couronnement de Notre-Dame de la Guerche.

Je dis " Merci " pour tout au Seigneur ! »

Paru dans " Couleurs de nos Partages n°9 - Province de France " Mai 2012



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0