Envoyées en communautés

       Madagascar

Sur l’île rouge


U
ne merveilleuse histoire d’Amour  !


En 1957, à la suite de l’encyclique « Fidei Donum » (don de la foi) du pape Pie XII, la congrégation des Filles de la Sainte Vierge s’est sentie « responsable de l’avènement du Règne de Dieu » et après plusieurs années de réflexion, de consultations, d’avis, de prière, une décision ferme et unanime est prise en août 1960 :

 

Madagascar est le lieu choisi pour la première fondation missionnaire.
Les Pères de Notre Dame de la Salette accueillent les services des « Filles de la Sainte Vierge ». Des liens existaient entre ces deux congrégations depuis 1943. Au moment des bombardements du quartier de la gare de Rennes, les sœurs avaient reçu l’hospitalité des Pères Salétains à quelques kilomètres de la ville.

C’est par une relation toute simple de correspondance des enfants de l’école Saint Michel à Rennes tenue par les "Filles de la Sainte Vierge", avec des enfants malgaches de Mandoto où était un missionnaire breton : le Père Hamon, que l’appel à la vie missionnaire a pris corps.

Le Père Hamon écrivait en mai 1960 : « Ici, à Mandoto, il faudrait des religieuses … Si les Filles de la Sainte Vierge pouvaient faire un acte de Foi et d’Espérance en envoyant trois ou quatre sœurs en Mission ! »

Mandoto : Première Fondation Missionnaire

 

 

 


 

 

Le grain prend racine … !

 

L’heure du départ a sonné. Le 31 août 1961 les trois pionnières : Sœurs Marie Renée Delin, Marie Paul Bazin et Blandine Royer quittent Rennes.
Quelques étapes importantes : Lisieux, Nevers, Paray le Monial, Hautcombes …
Le 5 septembre, le trio embarque à Marseille … 20 jours de voyage et joie d’accoster à Tamatave. Le 10 octobre 1961 elles arrivent à Mandoto, où elles sont chaleureusement accueillies.

                Magnificat !

 

La petite plante grandit !

En 1965, deux jeunes filles malgaches : Edwige, Gilberte, s’envolent vers la France pour les étapes de formation à la vie religieuse. Marie-Rose les rejoint quelques mois plus tard.
Novembre 1967 : ouverture d’une communauté à Ankazomiriotra avec Marie Edwige première sœur malgache.
1968, le petit arbre grandit. Gilberte et Marie Rose, à leur tour rentrent au pays après leur profession temporaire. Suite au chapitre général, une "régionale" est nommée, les "filles de la Sainte Vierge" prennent le nom de "Fraternité Notre Dame". Le 20 juin 1969 c’est la bénédiction de la maison de formation à Antsirabe. 

 

1971  : déjà 10 ans de présence !

1972  : année perturbée et perturbante !

La Grande Ile vit un tournant irréversible, une révolution socialiste :
le bouleversement des mentalités, la "malgachisation" de l’enseignement …
 
Les étrangers se posent la question de leur présence : rester ou partir ?
 
1973 : dans ce contexte difficile, les trois premières sœurs malgaches prononcent leurs vœux perpétuels.
Jusqu’en 1985, le petit groupe consolide ses assises. La mission des sœurs de la Fraternité Notre Dame établit ses bases.
1990 : lorsque les sœurs de la Fraternité Notre Dame s’unissent aux sœurs du Sacré Cœur de Jésus, les sœurs malgaches sont au nombre de 24 !
Dans la foi et la confiance, elles osent répondre à des appels missionnaires.
 
Être là ... parce que le Christ est là.
Être là ... présence d’ Eglise.
avec les enfants, les femmes, les malades ...
dans un partage quotidien en brousse.

 

Aujourd’hui ...
 
 
9 communautés, 46 sœurs,
Antsirabe, Mandoto, Ankazomiriotra, Soavina, Antananarivo, Ranomafana, Ambatolahy, Morarano.


 Mission près des enfants : 

 ... enseignement, catéchèse

                

 

... avec les jeunes filles, les femmes,

 

 

 

 

 

 

 

         ... soins aux malades  

 

 

... partage des repas à la prison

 

 

 

 

 




Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0