Accueil du site > A l’écoute ... > Les visibles essentiels

A l'écoute ...

       Les visibles essentiels

Selon une tradition juive issue du Talmud (la Torah orale), chaque génération susciterait trente-six hommes justes sur qui réside le sort du monde. Ils sont comme les piliers de la société et s’ils venaient à disparaître, le monde serait détruit. Rien ne les distingue apparemment des autres hommes. Ils sont inconnus et souvent, eux-mêmes ignorent qu’ils font partie des trente-six justes, d’où l’idée qu’ils sont cachés. On parle alors des « justes cachés ». La survie du monde dépend de leurs qualités humaines de compassion bienfaisante et de pouvoir d’intercession. Ils sont tellement humbles qu’ils ne peuvent même pas soupçonner faire partie de ces quelques justes qui empêchent le monde de sombrer.

Cette légende juive a-t-elle quelque chose à dire à nos Congrégations ? Et si la vie religieuse, tellement éprouvée et fragilisée aujourd’hui, jouait ce rôle de « justes cachés » dans la société ? Elle n’attire pas les regards, elle tient humblement sa place de louange et de service dans le monde, avec une douce ténacité (qu’on appelle la foi). Elle n’a pas de haute image d’elle-même ; elle ne fait que son devoir, comme un serviteur quelconque. Elle n’oserait jamais imaginer qu’elle est une colonne qui tient le monde. Et si la vie religieuse faisait partie des « trente-six justes cachés » ?

Cette belle histoire a-t-elle quelque chose à nous dire ? Et si notre Congrégation tenait bon à travers deux siècles d’existence parce qu’elle est capable de susciter « trente-six justes cachées » à chaque génération, comme autant de piliers qui soutiennent l’Institut ? Quelques soeurs humbles, dispersées à travers le monde, sans haute idée d’elles-mêmes, qui vivent fidèlement leur engagement jour après jour, en aimant Dieu et autrui du mieux qu’elles peuvent. Elles traversent la vie sans éclats mais la Congrégation tient grâce à elles.

Si, par hasard, nous avons la prétention de croire que nous sommes un « juste caché », c’est la meilleure preuve que nous n’en sommes pas. Par contre, notre soeur la plus proche fait peut-être partie de ce petit nombre de justes qui rendent notre monde habitable ? Et si cela changeait notre regard sur nos compagnes de communauté ?

Sr Anne Chapell - Angelica n°33 - Mars 2017



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0