Accueil du site > Du CAMEROUN au Châtelard (Lyon)

       Du CAMEROUN au Châtelard (Lyon)

Début janvier, j’ai quitté le Cameroun pour venir suivre une formation à l’Accompagnement Spirituel au Centre Spirituel " Le Châtelard "

 Cette formation est centrée spécifiquement sur l’Accompagnement Spirituel des personnes dans la vie, et des retraitants.


Elle a commencé le 16 janvier et s’achèvera le 12 juin 2012. Nous sommes un groupe de 16 personnes, de 12 nationalités : France, Italie, Autriche, Cameroun, Congo, Burkina-Faso, Côte-d’Ivoire, Sénégal, Burundi, Madagascar, Corée et Vietnam. Le groupe réside au Centre Spirituel Jésuite Le Châtelard près de Lyon. Nous essayons de vivre en communauté. D’autres personnes de l’extérieur se joignent à notre groupe pour suivre certaines sessions.

 

La pédagogie est basée sur l’expérience des personnes. Il faut avoir fait une expérience d’accompagnement pour mieux suivre les sessions, parce qu’il y a un retour constant sur le passé, pour une meilleure intégration de l’expérience personnelle afin d’aller plus loin. Ce qui semble important, ce n’est pas d’en savoir beaucoup, mais c’est de se laisser éclairer, toucher, interpeller et transformer en tant qu’accompagnateur. Ce qui veut dire qu’il y a un travail permanent de relecture personnelle du vécu des sessions dans l’évolution du parcours.

En faisant abstraction de l’expérience spirituelle personnelle, je voudrais cependant citer quelques points qui me semblent importants dans l’accompagnement spirituel de toute personne :

* L’accueil de la personne dans sa relation à Dieu : quand une personne demande d’être accompagnée, cela signifie qu’elle veut grandir dans sa vie spirituelle pour une plus grande croissance évangélique. Il s’agit dans ce cas pour l’accompagnateur, d’écouter quelqu’un qui confie quelque chose de sa relation à Dieu et non pour se raconter. Dans cette relation, l’accompagnateur est témoin de l’œuvre de l’Esprit en l’accompagné.

* L’ouverture et l’écoute du non-jugement : écouter la personne, c’est de lui permettre de naître à la Parole de vérité en elle, c’est de la faire exister. Ce qui nécessite un esprit d’ouverture et d’effacement chez l’accompagnateur pour laisser l’accompagné se dire et l’accueillir dans son humanité.

* Etre comme un veilleur de sa propre humanité et de celle des autres : c’est-à-dire, reconnaître et accueillir sa propre vulnérabilité pour accueillir l’autre tel qu’il est.

* Aider sa sœur, son frère comme accompagnateur, à naître à sa vocation de fille et fils de Dieu. Le mettre dans les meilleures conditions pour qu’il découvre que Dieu lui adresse un appel personnel dans sa véritable liberté.

Sr Pauline Maïdawé - sscj - (Cameroun)

 

 



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0