Accueil du site > 9. Archives > De PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE en FRANCE

       De PAPOUASIE NOUVELLE GUINEE en FRANCE

Sœur Thérésia et Soeur Janet viennent à Paris pour y faire l’apprentissage du français. Elles témoignent ...


WITH GOD, LIFE IS A STEP FORWARD  !


Moving from our own country : Papua New Guinea, into an unknown country : France, is a step forward. We experience the temperature, culture, language, and seeing the new technology is all a shock. Afraid in our own little world, we couldn’t lift a leg forward. We felt blind entering the country blindly.
Our first week learning French in school, was really difficult and look black. We have to take again another step forward. In our blindness GOD is there.
And know that I am with you always : yes to the end of time.” (Mathew 28, 20)
Thank you loving GOD.
Thank you for the gift of you our loving and caring sisters of the Sacred Heart Of Jesus (Paris). With open door and welcoming heart of Jesus in each of you, we are able to start and will continue our walks, for life continues with a little step forward.
Sisters Theresia PIUS and Janet KIMEK **

Depuis le 21 janvier 2012, Thérésia et Janet sont dans notre communauté. Très courageusement, elles apprennent le français. Leur présence me donne l’occasion de mieux connaître leur culture et leur mode de vie bien différent. Toutes les deux sont généreuses et, dans les moments libres, disponibles pour rendre service, ce qui nous donne souvent une bonne partie de rire, les gestes se joignant à la parole. Heureusement, les interprètes sont disponibles et arrivent à temps. Leur jeunesse et leur dynamisme m’invitent à l’Espérance et à la Confiance.
Sr Odette LEBORGNE
 
J’apprécie beaucoup la présence de Thérésia et Janet dans notre communauté. Elles sont très ouvertes et vivantes. Elle nous permettent de vivre l’internationalité,
elles nous apportent un « bain de jeunesse » et leur témoignage profond de vie religieuse.
Dès qu’elles en ont la possibilité, elles donnent un "coup de mains" à la cuisine ; occasion de leur parler en français, avec l’aide du dictionnaire. Le 18 février, jour de mes 7O ans, elles m’ont réservé d’agréables surprises : plats apéritifs préparés par leurs mains expertes. Pendant le repas, un jeu qu’elles expliquent en français, avec l’aide de Marie-Claude. Pour clôturer le tout, une belle danse de leur pays. Bravo et merci Thérésia et Janet !
Sr Yvonne ROHEL

La présence de Thérésia et Janet me fait vivre une plus grande proximité entre Sœurs du Sacré-Cœur de Jésus. Nous nous sentons d’une même famille, malgré la difficulté parfois à se comprendre dans notre langue. Cela provoque des éclats de rire. Quand je fais de la galette avec ma tournette, elles disent : « C’est comme Angélique ». Et, c’est bien grâce à Angélique que notre famille religieuse n’a plus de frontières.
Sr Madeleine COQUER

Fin juin, lorsque le Conseil provincial m’a demandé de venir à Paris pour accompagner deux sœurs de Papouasie, j’ai accepté volontiers. Mais, je ne réalisais pas vraiment ce que cela voulait dire. A mon arrivée en septembre, j’ai essayé de m’adapter au fonctionnement de la communauté en participant à la vie interne comme je pouvais.
Maintenant, le matin, avec Thérésia et Janet, je revois les cours qu’elles ont eus la veille à leur école. Certains sons de notre langue sont difficiles à prononcer. La structure des phrases est parfois très différente ainsi que la lecture de l’heure, des dates. Les conjugaisons, le genre et le nombre des noms et adjectifs, les nombres posent également problème. Malgré cela, en travaillant beaucoup, elles progressent de jour en jour. Les repas sont aussi de bons moments d’apprentissage et de détente.
Les deux premières semaines, je les accompagnais pour le trajet en métro. Nous avons commencé par un trajet simple pendant plusieurs jours. Ensuite, nous en avons testés trois ou quatre, en cas de perturbation sur les lignes. Maintenant, nous en sommes aux rues du quartier. Nous avons aussi fait quelques visites : Notre Dame, le Sacré-Cœur, l’église St Joseph où la messe est célébrée en anglais, …
Elles ont aussi appris à faire des achats personnels : se repérer dans les allées du super-marché, choisir parmi tous les produits proposés en fonction des besoins et des différents prix, passer individuellement à la caisse. En arrivant, chacune a vérifié son solde en fonction de la dépense faite.
Cette présence au quotidien, avec Thérésia et Janet, me demande parfois beaucoup d’investissement dans l’usage du peu d’anglais que je possède. Elles sont très conciliantes et rectifient mes erreurs, parfois réitérées ! A certaines occasions, j’aimerais quand même mieux les comprendre. J’espère qu’elles n’en souffrent pas trop.  
Sr Marie-Claude NOËL



*****

 

** Quitter son pays (Papouasie Nouvelle Guinée) pour un pays inconnu est un pas en avant.  Nous expérimentons un changement de température, de culture, de langue et c’est pour nous un choc de voir tant de nouvelles technologies.  Au début, " refermées " dans notre petit monde, nous avions peur d’avancer.  Nous nous sommes senties comme des aveugles entrant aveuglément dans le pays.  Notre première semaine à l’école pour apprendre le Français a vraiment été pénible ; tout semblait noir.  Il fallait cependant avancer.  Pourtant, Dieu est présent dans notre cécité.
« Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin des temps. »
(Mt 28,20)

Merci, Dieu d’Amour !  Merci pour l’amour et la bienveillance de nos sœurs de Paris. Avec leur porte ouverte et le cœur accueillant de Jésus en chacune d’elles, nous pouvons commencer à marcher et poursuivre notre route car la vie continue avec chaque petit pas en avant.

Sœurs Theresia Pius et Janet Kimek

 


 



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0