Accueil du site > 9. Archives > De Clamecy à Corvol l’Orgueilleux

       De Clamecy à Corvol l'Orgueilleux

 

Une communauté dans le Morvan

Clamecy, petite ville au nord du département de la Nièvre, marquée dans l’histoire par le flottage du bois. Les bois de chauffage partaient du Morvan par voie d’eau vers la capitale.

Clamecy, cité ouvrière : une usine « Rhône Poulenc » y a été florissante et constituait quasiment une « ville » dans la ville. Des religieuses espagnoles y étaient présentes durant de longues années. Elles avaient une école, une chapelle … à l’intérieur du site.
Cette usine avait une vie bien cloisonnée par rapport à la « commune », aux niveaux social, culturel, économique et religieux.

Sur le plan de la vie paroissiale, des prêtres de la Mission de France témoignaient de l’Evangile par leur présence, leurs engagements dans des insertions ouvrières différentes.

1970

La congrégation : « Fraternité Notre Dame » était en période post-conciliaire, et comme beaucoup d’autres familles religieuses, en période post chapitre d’agiornamento. Des appels arrivaient de différents diocèses.

Mgr Streiff, évêque de Nevers, sollicite une présence de religieuses engagées elles aussi dans ce peuple, vivant du fruit de leur travail … « comme le levain dans la pâte » une vie enfouie, ne se démarquant pas ostensiblement de la vie des habitants.

Blanche Barbotin, toujours présente à Clamecy, part la première ; elle sera suivie de deux autres sœurs, toutes les trois engagées professionnellement. Blanche est vendeuse-réceptionniste à « Prisunic », les deux autres : facteur et travailleuse dans une usine de phares de bicyclettes.

1978

Je rejoins cette région. Les trois « pionnières » avaient vécu « AVEC » au MILIEU … et ont fait naître le désir d’une pastorale près des jeunes et des enfants. C’est à cette mission que j’allais essayer de répondre. Pendant 6 ans, Blanche et moi avons vécu dans une cité dite S.N.C.F, un F3 au rez de chaussée.

 

 

Insertion au collège « Giroud de Villette »

Ayant obtenu l’agrément de l’académie, pour entrer dans l’établissement et proposer aux jeunes collégiens du secteur rural qui le souhaitaient, des temps de catéchèse, ce fut mon premier lieu d’insertion. Les horaires concédés : le midi aussitôt le repas ou le soir en fin de cours, ont fait naître la mise en place de « temps forts » sous différentes formes, entre autres, les camps dans « les petits chalets » à St André en Morvan proche de Vézelay !

 

Si l’aumônerie était une grande part de mon activité, il y avait ma participation à l’équipe pastorale, ainsi qu’au conseil pastoral. Les prêtres diocésains avaient succédé aux prêtres de la Mission de France.

Ce sont déjà plusieurs communes, dont Corvol et ses clochers, qui forment la même paroisse : Clamecy. Un journal paroissial : « Le Flotteur » permettant de partager, de communiquer, d’annoncer, … voit le jour autour de Blanche et d’une équipe très dynamique.

1984

Le curé de Corvol, pour des raisons de santé quitte le presbytère. Pas de prêtre pour lui succéder. C’est alors que Mgr Streiff demande aux sœurs, d’habiter ce presbytère et de rayonner sur les quatre communes : Corvol, Trucy, La Chapelle St André et Courcelles.

Blanche souhaite rester à Clamecy, j’accepte de partir à Corvol. Seule durant  trois ans, en attente d’une ou deux sœurs.

 

C’est Marie Paul Bazin  qui arrive avec une 2CV ! Souvenir : n’avait-elle pas embarqué aussi avec une 2 CV pour Madagascar ! Pendant deux ans, que de visites dans ces 4 communes, que d’allers retours presbytère-église pour préparer, vérifier si tout est prêt pour les célébrations !

Que de personnes venaient à la maison : qui pour jardiner, qui faire le ménage, réparer un tuyau, un fil électrique, et aussi, pour préparer diverses célébrations. C’est dans ces années que commencèrent les A.D.A.P : Assemblée Dominicale en Attente de Prêtre.

Quelle merveilleuse expérience ! grâce de découvrir, d’approfondir, de prier les textes bibliques.

1989

Marie Paul doit repartir à Madagascar, moment difficile pour les uns et les autres.

Le cheminement vers la « fusion » avec les Sœurs du Sacré Cœur de Jésus (Saint Jacut-les-Pins - Morbihan) va connaître son aboutissement.

C’est Eugénie Davaud qui arrive et qui reprend la 2CV pour -à son tour- aller vers ces personnes parfois isolées au fond d’un hameau.

1990

Je quitte Corvol pour suivre une formation à l’ Institut de Formation Doctrinale et Pastorale à l’Institut Catholique d’Angers pendant deux ans.

Au fur et à mesure du temps, le nombre des communes s’ajoutant pour faire paroisse, croissait de chaque côté de Clamecy et de Corvol. C’est après mon départ en août 1990 que Corvol devint plus autonome avec son conseil pastoral, toujours en lien avec l’équipe pastorale de Clamecy.
 

Sœur Annie Péraudeau - (Clamecy - Corvol l’Orgueilleux - 1978-1990) - Mars 2012

 

 

 

 



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0