Accueil du site > Comment donner mon parfum ?

       Comment donner mon parfum ?

Retraite sur la Miséricorde à Mormaison (Vendée)
 

Du 16 au 19 août, nous étions 4 sœurs du Sacré Cœur de Jésus à nous placer au cœur de la Miséricorde de Dieu.
Avec Sr Eliane Morin (SSCJM) nous avons regardé nos obscurités, nos nuits« comblées » d’étoiles.

 

Oui, comblées d’étoiles, car, sur chacune de nos blessures, chacune de nos déchirures, est collée une étoile de la Miséricorde. 

 

Nous avons pris le temps de faire remonter l’expérience de la Miséricorde dans notre vie : personnelle, communauté, famille, congrégation…Nous avons pris conscience que nous appartenions à la famille des « ébranlés. » Et c’est heureux !

En relisant l’expérience d’Israël dans l’Ancien Testament : Genèse, Abraham, Moïse, Osée, nous découvrons que la Miséricorde est contenue dans toutes les relations.

Dans le Nouveau Testament, Jésus ne nous dit pas comment être miséricordieux. Il est la Miséricorde même. Il s’abaisse à nos pieds. Sur la croix, Il a cloué notre violence. « Par ses blessures, nous sommes guéris ». Sa Passion, c’est l’excès de la Miséricorde de Dieu.

Les Béatitudes, la Samaritaine, nous rappellent que le pardon, c’est maintenant. On le reçoit au présent.

 

Il fallait bien une journée pour regarder Marie, mère de Miséricorde : Annonciation, Visitation, Fuite en Egypte, Noces à Cana, Chemin de croix, Crucifixion. 

 

« Marie, apprends-nous à lire, à manger la Parole, à unifier nos vies à Son écho dans nos cœurs ». 

 

 

  
La célébration de la Miséricorde avec Bartimée conclue cette belle journée où chacun(e) est invité(e) à regarder ses ombres (signe que nous avons la Lumière). Et, ensemble, nous accueillons le pardon de Dieu.

C’est déjà le dernier jour. Sr Eliane nous fait goûter le 1er poème du Cantique des Cantiques (Ct1,1-17). « Je suis noire mais je suis belle ».  Elle nous rappelle que le plus profond de notre cœur, c’est Lui, le Bon Berger : « Tu t’es fait mal, tu es beau, (belle) quand même ! »

Un tel amour demande une réponse. Comment donner mon parfum ? Par tout mon être. Mon nard se donne, ce parfum se répand dans toute la maison, là où je suis. Mon nard, c’est la charité. Mon parfum se répand dans toute l’Église, dans le monde.

Les colombes, c’est l’Esprit, la paix profonde. Peu importe mon état physique, psychologique, nous sommes tous des « porte-parfum. » !

   

 Odile Colléaux, sscj.

 



Se connecter Plan du site Suivre la vie du site RSS 2.0